Je suis allée en avril 2015 à Lyon à l’occasion du salon littéraire « Quai du Polar ». Connaissant mon goût assez prononcé pour les romans policiers et autres Thrillers, cela ne vous étonne qu’à moitié. Si en plus, je vous dis que Maxime Chattam était là pour une conférence et une séance de dédicace, vous comprenez que je ne pouvais pas rater cette occasion.

J’ai donc assisté à la conférence où étaient présents aussi Jake Hinson et Ingrid Desjours. J’ai beaucoup aimé ce que disait cette dernière sur son vécu de psychologue judiciaire et sur son dernier roman. Comme elle dédicaçait aussi ses livres, je suis allée discuter un moment avec elle et je suis repartie avec deux de ses romans : « Potens » et « Sa vie dans les yeux d’une poupée ».

J’ai commencé ma découverte de cette auteure par « Potens ».

Le 4e de couverture :

« Club de surdoués ou rassemblement de détraqués ? La frontière paraît bien fine pour Garance Hermosa. La psycho-criminologue a infiltré Potens, une confrérie de génies, pour résoudre un crime. Celui de Charlotte, membre du cercle, ébouillantée puis poignardée à mort. Mais Garance joue un jeu dangereux. Ces hauts QI excellent dans l’art de la manipulation, de l’intimidation et du chantage. Et la jeune femme garde en elle certains souvenirs douloureux qui pourraient bien la faire couler à pic. Car au club Potens, l’intelligence est plus affûtée qu’une lame de couteau. »

Le commandant Patrick Vivier est appelé sur le lieu du meurtre très violent de Charlotte Delaumait. Il annonce son décès à son compagnon et l’embarque aussitôt pour un interrogatoire, car il le soupçonne immédiatement du meurtre.

Pressentant quelque chose de complexe dans ce meurtre brutal, mais aussi influencé par la personnalité de la victime et de son entourage, il décide de faire appel à Garance Hermosa, profileuse avec qui il a collaboré quelques mois plus tôt sur une autre affaire.

La victime, Charlotte Delaumait, était mère de famille nombreuse, ses enfants étant tous de pères différents. Elle vivait avec Jérémie Taudel depuis 3 ans, mais leur couple battait de l’aile depuis plusieurs mois. Ils s’étaient rencontrés dans un club pour surdoués, Potens.

Garance, ayant elle-même un QI très élevé, décide d’infiltrer le groupe pour essayer d’en apprendre plus sur Charlotte, Jérémie et tous les autres membres, mais tous coupables potentiels.

Son immersion ne va pas être de tout repos, car elle se débat aussi dans des problèmes personnels depuis le suicide de sa sœur Félicia, internée dans un hôpital psychiatrique depuis son adolescence. Cette mort et cette enquête font ressurgir ses propres doutes et ses angoisses qui sont liés à ce qui s’est passé dans leur enfance et qui a conduit à l’internement de Félicia.

Le petit jeu de « je t’aime moi non plus » avec Patrick, qui commença dès leur première rencontre, va aussi la faire décompenser, car elle est tombée amoureuse de lui et voit bien qu’il s’éloigne d’elle pour avoir une relation plus stable avec quelqu’un d’autre.

La résolution de cette affaire ainsi que ses conséquences seront difficiles pour tous les deux et la suite de leur relation.

Je me suis plongée dans cette histoire sans difficulté et j’ai eu du mal à m’en décrocher tellement elle est intense. L’intrigue policière est bien menée, il y a foison de tueurs potentiels, peut-être trop, car à un moment je me suis perdue, mais il y a énormément de rythme et cela permet de garder l’attention du lecteur. Pas une page ne se tourne sans que quelque chose concernant l’enquête, les protagonistes et leurs secrets ou Garance et son passé ne soit dévoilé.

L’aspect psychologique des personnages est bien travaillé, bien référencé et donne un  peu plus d’envergure et de corps à ce roman.

La détresse vraie ou fictive de certains personnages est très bien décrite et nous incite à avoir des doutes sur l’identité de l’assassin et donc de prolonger les moments passés avec celui-ci.

L’auteure essaie de nous perdre en avançant plusieurs pistes, mais je suis restée sur mon hypothèse de base concernant l’assassin. Elle sème très bien les indices et les preuves qui finalement n’en sont pas.

J’ai aimé découvrir les fêlures de Garance et de Patrick et comment cela influence leur relation et surtout le comportement de Garance envers Marc et les hommes.

Même si une histoire entre eux me paraît improbable du fait du passif de Garance, cela me ferait plaisir de les retrouver dans une nouvelle aventure. Patrick serait idéal dans le rôle du chevalier rédempteur.

J’ai vraiment passé un bon moment avec ce roman.

Potens Dedicace Ingrid Desjours

65

2 thoughts on “« Potens » de Ingrid Desjours.

  1. casscrouton il y a 3 années

    J’ai découvert cet auteur avec Les fauves que j’ai adoré (et que je te conseille vraiment si tu en as l’occasion) et Potens fait partie de ceux qui me donnent envie !

    1. Magali il y a 3 années

      Merci beaucoup. Tu peux y aller sans souci avec Potens, il est parfait. J’ai lu aussi  » Sa vie dans les yeux d’une poupée » que j’ai moins aimé ( chronique à suivre..:) ). Je vais essayer de trouver « Les fauves » alors. Merci pour le conseil. Belle soirée.

Commentaires fermés