l'enfant aux yeux d'emeraudes

J’ai découvert Jacques Saussey par le biais de mon rôle de juré pour le prix du Polar Poche 2014. J’ai en effet reçu dans la sélection du mois de juillet son roman « Quatre racines blanches » que j’ai adoré.

Une amie avec qui je travaille a été intéressée par ce roman et je lui ai donc prêté. Elle a beaucoup aimé et du coup, elle a acheté ensuite « l’enfant aux yeux d’émeraude ». Elle l’a dévoré et me l’a proposé ensuite.

Je n’ai aucunement été déçue.

Le 4e de couverture :

David Courty vit une existence effacée entre sa femme Mira et sa fille Caroline, une adolescente taciturne. Un soir, une très violente dispute éclate entre eux. David s’enfuit, abandonnant le cadavre de Mira dans leur appartement. Des taches du sang de Caroline maculent la moquette de sa chambre. Son corps est introuvable. Lancés à la poursuite du criminel, le capitaine Magne et le lieutenant Lisa Heslin tombent rapidement sur une énigme de taille : Il n’y a aucune trace de l’existence de David Courty avant l’âge de six ans…

David Courty est courtier en assurances à la MGL (Mutuelle à Garantie Longue). Ce n’est pas un très bon courtier car il vient de se faire remercier, mais n’accepte pas cette situation. Il continue à chercher des clients et à venir au siège de l’entreprise même si son bureau est occupé par un autre. Il finit par partir de lui-même après avoir mis son poing dans la figure de son ancien chef de service.

David est marié à Mira, ex-prostituée russe avec qui il a eu une fille Caroline qui a 14 ans et est en pleine crise d’adolescence. Sa vie de famille n’est pas très épanouie. Il décide de partir quelques jours en prétendant une formation pour que sa femme ne se pose pas de questions.

Dans le même temps, le Capitaine Daniel Magne et Lisa Heslin, sa collègue et compagne, se retrouvent sur la scène du meurtre de Stéphane Lemarchal retrouvé égorgé chez lui. Alors qu’ils examinent les lieux, ils sont appelés après la découverte d’un nouveau cadavre, celui de Mira Courty, égorgée elle aussi. Ils se rendent compte que Caroline, la fille de la victime, a disparu et qu’il y a des traces de sang dans sa chambre.

Le début de l’enquête leur permet de faire le rapprochement entre Stéphane Lemarchal et David Courty. Ils se mettent en chasse pour essayer de le retrouver et comprendre pourquoi un simple courtier en assurances a perdu les pédales et se met à tuer autant de personnes. En effet, la liste des personnes décédées après avoir rencontré David s’allonge très vite. Ils découvrent aussi que ce dernier n’a aucune existence légale avant l’âge de 6 ans.

Cette histoire comme la précédente est très prenante. On ne peut s’arrêter de lire avant d’être arrivé à la dernière page et j’ai été aussi bluffée par la fin, même si depuis un moment je me doutais un peu de ce qui se passait.

Le trajet jalonné de cadavres qui suit la même route que David est au centre de l’intrigue et ne nous laisse aucun moment de répit.

J’ai adoré retrouver le couple Magne-Heslin. Leur relation est toujours aussi intense et volcanique, surtout en fonction de l’avancée de l’enquête et de leurs points de vue différents. Mais ils ne pourraient en être autrement entre eux sous peine de tomber sur une routine qui péjorerait les histoires.

Les descriptions, surtout celles des cadavres, sont là pour apporter un peu d’ampleur au roman et ne le desservent pas du tout. Même si certaines peuvent choquer, je trouve qu’elles font partie intégrante de l’histoire.

La partie narration où l’on est dans les pensées de David est un plus car cela permet au lecteur d’avoir des informations avant Magne et Heslin et de se demander jusqu’où va aller la descente aux enfers de celui-ci.

L’écriture est toujours aussi fluide, sans fioritures, mais néanmoins percutante.

J’adore cet auteur et est hâte de découvrir un autre de ses romans.

Une seule chose à ne pas oublier…. : « ne jamais se fier aux apparences ».

61