imgres

Je ne sais pas trop comment débuter cette chronique sinon vous dire que ce livre fut une déception. J’ai beau tourner le récit dans tous les sens dans ma tête, cela n’a ni queue ni tête. Pourtant, le 4e de couverture était alléchant et le fait que Gilles Vidal soit un auteur qui a déjà beaucoup publié aussi. Mais malheureusement, la promesse d’un bon policier n’a pas été tenue.

Je remercie le forum Have a break, Have a book et les Éditions Lokomodo de m’avoir permis de découvrir ce livre.

 

 

 

Le 4e de couverture :

Bienvenue à Vernais, un petit bourg balnéaire sans histoire… Sauf que les cadavres ont une fâcheuse tendance à s’y accumuler. Est-ce à cause de ce cadavre découvert noyé dans la piscine d’un notable local ? De ces tueurs russes venus d’on ne sait où ? De l’enlèvement de Félicien Faderne, un humble informaticien qui se retrouve captif d’une tueuse impitoyable ? De cette demeure abandonnée, vite surnommée « la maison de l’horreur », ou s’empilent les cadavres mutilés d’hommes, de femmes et d’enfants ? Lorsque la folie s’empare des hommes, personne n’en ressortira intact

 

 

L’histoire débute avec l’enlèvement de Félicien Faderne, un chercheur informaticien, devant chez lui, par une jeune femme nommée Anne. Celle-ci n’est pas une tueuse professionnelle comme on essaye d’abord de nous le faire croire, mais plutôt une sorte d’agent de protection. : elle le sort des griffes de ceux qui voulaient le kidnapper pour lui voler ses recherches. Elle le protège du mieux qu’elle le peut, pour lui permettre de finir son travail, quitte à rentrer en conflit  avec son employeur dont on ne saura jamais pour quel organisme public ou privé il travaille.

 

L’auteur introduit une deuxième histoire, policière celle-là, avec la découverte d’un cadavre dans la piscine d’une jeune femme oisive, Margot Farges. Son mari Frank gagne énormément d’argent en trempant dans des affaires illégales, sans que l’on sache non plus lesquelles, à part du  blanchiment d’argent dans des casinos avec son associé. Le rapport avec l’histoire du début… Et bien rien sinon que c’est lui, Frank, qui a essayé d’enlever Félicien honorant un contrat passé avec des Russes et que toutes les histoires se passent dans la même ville, Vernais.

 

Un troisième récit se rajoute avec la découverte fortuite d’une « maison de l’horreur » remplie de cadavres. Le lieutenant Stanislas Delorme est chargé des deux enquêtes qui se recoupent, car deux des victimes sont le père et la mère de Walter et Stephan Kinderf. Leur mère avait quitté le domicile conjugal depuis des années et est retrouvée parmi les cadavres. Leur père, lui, s’était échappé de l’institut psychiatrique où il était interné après deux tentatives de suicide. Il s’agit en fait du cadavre découvert dans la piscine.

Tout le monde passe par le café Stardust de cette station balnéaire où un homme chauve caché derrière des lunettes passe ses journées à attendre de voir passer la femme qu’il aime et qui est partie en lui dérobant 45 000 euros. Comme par hasard, cette femme est la mère des deux frères….

 

D’autres personnages gravitent autour de cette histoire, mais ils n’apportent rien à part ajouter encore plus à l’impression de brouillon que j’ai eue tout au long de cette lecture.

Il y a l’ex petite amie de Walter qui se suicide en se jetant sous une voiture, la femme du supérieur de Stanislas qui vit depuis des années dans le sous-sol de leur maison et qui finit aussi par ce suicider, le père de Stanislas qui a fait un AVC et qui est dans un fauteuil roulant. Et le must : le serial killer qui a fait toutes les victimes, qui est un pseudo chirurgien esthétique, et qui échappe à la police car il collaborait avec elle sur cette enquête et a donc suivi son évolution de près et le rapprochement des preuves vers lui, mais qui, on ne sait pas pourquoi non plus finira par mourir à Venise suite à une injection faite par une mystérieuse femme. Alors là aussi, pourquoi à Venise, pourquoi cette femme a fait cela, c’est un  mystère de plus.

 

Bref, vous l’aurez compris c’est un vaste fouillis que ce livre.

 

Pour commencer, je n’ai toujours pas compris ce que venait faire l’histoire avec Félicien dans cet ouvrage. En effet, jamais la police n’enquête sur sa disparition, personne ne s’est même rendu compte qu’il avait disparu. J’ai l’impression que l’auteur avait deux histoires courtes qu’il a voulu réunir pour faire un roman plus long et qu’il a collé un cadavre chez l’organisateur de son enlèvement pour raccrocher les deux histoires.

 

Il y a aussi trop de personnages secondaires qui n’amènent rien à cette histoire, à part combler la feuille blanche peut-être et perdre le lecteur. Ou alors pour donner un peu plus d’humanité aux héros, mais je trouve que c’est le contraire qui se produit. On aurait pu les citer sans les faire intervenir.

 

Beaucoup de mystères ne sont pas résolus. Je sais qu’il faut laisser la place à l’imagination du lecteur, mais il y vraiment trop de choses qui restent en suspens et d’autres qui se rajoutent. J’ai eu l’impression d’être noyée sous le nombre de protagonistes et de mystères. Pourquoi la mère des deux frères est-elle revenue ? Pourquoi avait-elle volé ces 45 000 euros et où sont-ils ? Pourquoi le serial killer embaumait certaines victimes et défigurait certaines autres ? Pour la femme à Venise l’a-t-elle tuée ? Et ce ne sont que quelques-unes qui me viennent à l’esprit.

 

J’ai l’impression d’un livre non fini. Peut-être une suite est-elle prévue ?

 

Malgré tout cela, je dois reconnaître que le livre est bien écrit et on ressent l’expérience de l’auteur dans le choix des mots et la tournure des phrases. Même s’il y a trop de descriptions, elles sont bien faites, précises et détaillées. Il y avait de la matière pour en faire autre chose de ce roman.

 

Mais ce livre ne m’a absolument pas plus. J’ai été déçue, mais peut-être suis-je passée à côté ?

 

Photo prise sur le net.

 

29

4 thoughts on “« Le sang des morts » Gilles Vidal

  1. Jenn is cooking il y a 4 années

    C’est dommage que tu n’aies pas accroché. Le résumé semblait pas mal. En tout cas, ta critique est très constructive et détaillée mag!

    1. Magali il y a 4 années

      Merci beaucoup Jenn’. J’avais un peu peur que les personnes qui la lirait soit un peu perdues comme moi je l’ai été en le lisant. Contente que tu l’aies appréciée même si le livre n’a effectivement pas tenu ses promesses..

  2. Ge Chapelle il y a 4 années

    Merci pour cette chronique! C’est vrai que la présentation donnait envie mais….non,je ne tente pas….trop de personnages secondaires et de descriptions,..

    1. Magali il y a 4 années

      Merci Geneviève. Je ne cherche pas à dégoutter les gens ou à les empêcher de lire un livre. Je donne juste mon ressenti sur une lecture qui pourra être différente d’une autre personne..:)

Commentaires fermés