se retenir aux brindillesIl y a un peu plus d’un mois, en surfant sur le net, j’ai découvert un forum de lecture qui m’a plu tout de suite. Il s’agit de « Have a break, Have a book ». Les personnes inscrites sur ce forum sont très sympathiques, prêts à échanger sur leurs lectures, mais pas seulement. Bon, il y a bien une personne bizarre qui traine avec une hache, mais si on lui propose du chocolat, tout se passe bien.
Ce que j’aime aussi sur ce forum ce sont les partenariats avec des auteurs ou des maisons d’édition. Ces derniers proposent leurs livres, on s’inscrit et si on est choisi, on reçoit le livre et on a une date butoir pour faire la critique de celui-ci.
Sébastien Fritsh a proposé son roman « se retenir aux brindilles ». Le 4e de couverture m’a plu, alors je me suis inscrite, et j’ai été choisie pour le lire et en faire une chronique.

Le 4e de couverture : Inséparables, Ariane, Tristan et Matthias ont passé leur enfance à jouer avec leurs peurs. Au milieu des étangs de la Dombes ou dans les pièces vides d’un château oublié, ils cherchaient l’émotion, l’interdit, le danger.
Trente ans plus tard, les frayeurs d’Ariane n’ont plus cette saveur plaisante de l’imaginaire : c’est un homme bien réel — un homme qu’elle a aimé — qu’elle fuit maintenant.
Car si les enfants font de la peur un jeu, les adultes, eux, savent en faire une arme.

Je tiens déjà à remercier l’auteur pour m’avoir envoyé son livre jusque dans mon pays si froid et surtout pour la dédicace très sympathique.

J’ai littéralement dévoré ce livre. Il m’a fallu moins de trois jours pour le lire tellement l’histoire d’Ariane et de sa fuite pour essayer de vaincre sa peur est poignante. De plus, c’est un livre extrêmement bien écrit.

Ariane quitte son mari et sa vie à Lille avec ses deux enfants en bas âge pour fuir la peur et les violences psychologiques et physiques que lui fait subir son mari. Elle retourne dans la ville de son enfance et essaye de se reconstruire auprès des personnes qui l’ont connue et notamment ses 2 amis d’enfance, Tristan et Mathias.
Elle retrouve sa voisine Marthe chez qui elle passait beaucoup de temps pour échapper à l’ambiance pesante qui régnait chez elle à cause de sa mère et de son « handicap ». Mais Marthe a la mémoire qui flanche et ne peut pas l’aider autant qu’Ariane en aurait besoin. Elle part à la quête de ses souvenirs d’enfance pour essayer de se reconstruire, et surtout retrouver Mathias.
Son passé est aussi rempli de peur de par les jeux qu’elle partageait avec ses amis, à l’initiative de Tristan. Elle pensait avoir réussi à passer à autre chose, mais découvre qu’il n’en est rien.
Sa vie est aussi semée de mensonges qu’elle a du affronter lorsqu’elle était encore bien jeune et qui l’on construite telle qu’elle est aujourd’hui. Un peu comme chacun d’entre nous en fait.
Petit à petit, au fil de cette histoire, et des rencontres qu’elle fait dans sa fuite, elle grandit à nouveau. Nous suivons pas à pas ce cheminement pimenté par une partie un peu plus haletante quand son mari la retrouve et veut la ramener à la maison à sa façon.

L’écriture est fluide, les descriptions sont parfaites surtout pour moi qui connais bien la région, car j’ai vécu 18 ans à Lyon. Ce roman m’a permis de faire un retour en arrière de 7 ans dans une ville que j’ai beaucoup aimé et un quartier où j’ai vécu pendant quelques années. Un petit plus non négligeable pour me plonger encore plus dans ce magnifique roman.
C’est un roman qui m’a plu, car je l’ai trouvé touchant. J’avais envie de savoir comme Ariane allait se sortir de cette histoire et comment elle allait sortir grandie de cette nouvelle épreuve qui la touchait. Je suis plutôt adepte des romans policiers et historiques, comme vous le savez, mais ce roman m’a transportée et je l’ai lu comme un roman policier avec une hâte de connaitre la fin.

Je ne peux que vous recommander de lire ce roman qui parlera à chacun de vous, j’en suis sûre.

J’aimerais beaucoup rencontrer l’auteur lors de l’un de mes prochains séjours à Lyon pour échanger avec lui sur ce livre, et je ne peux pas dire cela de tous les livres que je lis.

18